mardi 29 juin 2010

Grenoble ville cuvette


J’ai passé une bonne partie du dernier week-end à visiter Grenoble. Je suis parti en choisissant des rues au hasard, c’est comme ça que j’aime visiter. Lorsque l’on n’a pas de destination, on n’est jamais perdu comme on dit.

J’ai commencé par suivre la rivière pour me rendre au téléphérique, question de voir de quoi cette ville avait l’air d’un point de vue plus élevé. Le prix de l’aller-retour de 6.60 euros m’a paru fort coûteux pour cette petite distance. Le trajet n’est pas très confortable, car on est à l’étroit et il ne semble pas y avoir d’aération dans cette bulle. Est-ce que je vous ai déjà dit qu’il fait chaud dans cette ville? Mine de rien il fait encore plus chaud dans la bulle. La qualité de la vue du haut de cette petite montagne ne m’a pas fait regretter d’avoir sué un peu. Cet endroit que l’on appelle la Bastille est une ancienne prison. Étrange endroit pour une prison d’ailleurs.

Voici quelques-unes de mes photos, malheureusement le smog avait commencé à se former alors ce n’est pas toujours très clair.





J’ai en suite sillonné les rues du vieux Grenoble. Malgré les 32 degrés, les rues sont pleines de gens. Probablement que je suis le seul à ne pas aimer cette chaleur. Il y a beaucoup de boutiques de plein air, après tout le sport du coin c’est la randonner, surtout quand il n’y a pas de neige. C’est vraiment un petit paradis pour les gens qui aime la montagne. Personnellement, j’aime bien la montagne, surtout l’hiver… moins chaud. Je ne sais pas si je vous l’ai dit, mais j’ai chaud.

Le moyen de transport numéro un dans le coin c’est le tramway. Ce qui est bien avec ce machin c’est que pour trouver un arrêt de tramway… suffit de suivre les rails. Même en rentrant pas mal affaibli par un petit abus de boisson, trouver le chemin jusqu'à la maison reste simple… suivre la traque.

Côté bouffe et resto, les bons plats locaux sont plutôt des grosses bouffes grasses qui se dégustent un peu mieux l’hiver. Le fondu savoyard, la tartiflette et la raclette sont définitivement les plats vedettes. Je vous conseil fortement le resto « La ferme à Dédé ». Ne vous laissez pas berner par son look de cabane à sucre, car on y mange pas mal mieux.

Mine de rien j’ai réussi à faire mon résumé, j’espère que cela ne vous a pas trop ennuyé.

A+

lundi 21 juin 2010

Mon nouveau feuilleton préféré

Normalement suivre le foot à la télé ne m’intéresse pas, mais vraiment pas. C’est selon moi un des pires sports du monde, si on peut appeler ça un sport. Voir des joueurs de haut niveau faire semblant d’avoir mal au visage après avoir reçu un ballon sur un genou cela me donne mal au cœur.

L’équipe nationale de France est particulièrement intéressante à suivre. Ils m’ont impressionné par leur capacité à démolir leur réputation depuis le début du tournoi. Depuis quelques années, l’équipe de France ne donne pas vraiment de bons résultats. Pourtant, l’équipe est remplie de bons joueurs qui appartiennent à de très bons clubs, mais cette équipe ne joue pas en équipe. Plusieurs ont montré du doigt le sélectionneur Raymond Domenech, qui selon plusieurs est incapable de diriger son équipe. On pouvait se douter que l’ambiance ne devait pas être bonne, mais pas à ce point la.

Après un match nul contre l’Uruguay et une défaite honteuse 2-0 contre le Mexique, on peut dire en bon québécois : La marde a pogné. Nicolas Anelka aurait dit au sélectionneur durant la mi-temps : « Va te faire enculer, fils de pute ». Cette phrase s’est retrouvée en première page du journal l’équipe, un quotidien sportif sérieux.

La fédération française décide donc d’expulser Anelka de la coupe du monde. On aurait pu s’attendre à ce que l’équipe prenne son trou… et bien non. L’équipe fait une sortie publique comme quoi ils sont solidaires envers leur collègue et il décide de faire grève et de ne pas s’entraîner. Mine de rien les glorieux bleus ne sont pas encore mathématiquement éliminés et ils se pénalisent eux même en faisant la grève.
Pas besoin de vous dire que la presse française se défoule sur l’équipe de foot. On les qualifie de « débiles », « idiots », « sous éduqués » et j’en passe. Aujourd’hui on a annoncé que plusieurs sponsors retiraient leurs publicités avec les joueurs. Même la chaîne de fast food Quick a retirer sa pub avec en vedette… Nicolas Anelka.

Je vous laisse avec l’excellent gag des Guignols, où Domenech explique qu’il a fait exprès de perdre pour se venger des gens qui l’insultent depuis 4 ans.

dimanche 13 juin 2010

Grenoble, Lyon et sa sérieuse


Bonjour,

Bon c’est encore reparti. Nouvelle mission, nouvelles aventures. Cette fois une mission de 3 mois à l’agence PCO de Grenoble pour le client Somfy. Somfy c’est un fabricant de machins électrique pour les bureaux comme par exemple des stores qui s’ouvre et se ferme automatiquement.

Grenoble est entouré par les Alpes, c’est beau, mais c’est chaud. L’air ne circule pas très bien, car les montagnes forment une cuvette qui empêche l’air de circuler, du coup l’air ne fait que se réchauffer jusqu'à ce qu’un orage permette de faire tomber le mercure.

Pour mon premier week-end, j’ai choisi de profiter de la présence temporaire d’un collègue pour l’accompagner sur Lyon. Très beau week-end bien chaud. J’ai visité la presque-île et le vieux Lyon. J’ai appris deux choses durant le week-end. De un, pour commander une pinte de bière on doit demander « une sérieuse ». De deux, un bouchon lyonnais c’est au final un genre de resto français plutôt normal sur lequel
on a ajouté les mots « bouchon lyonnais ».
*Vue sur le vieux Lyon

Tout va bien côté coupe du monde pour la France, 93 minutes pas de but… c’est long en tabarn…

Bon si je n’ai pas trop la flegme je vous reviens prochainement avec des commentaires sur Genoble.

mercredi 18 novembre 2009

Départ pour Vancouvert pour Jean-Seb et Geneviève

Salut les amis. Un petit mot pour mes amis qui partent vivre à Vancouvert. Bonne chance dans votre nouvelle vie.
video

BONUS dans le vidéo: Petite visite de mon appart de luxe de consultant international :-)

samedi 7 novembre 2009

Le Parisien, vaut mieux l'avoir en journal

Quelques bonnes pub du journal Le Parisien, très drôle





De nouveau loin de chez moi


Je suis maintenant installé à Boulogne-Billancourt comme dans le bon vieux temps. Je ne suis pas trop dépaysé, car je réside à moins de 400 mètres de mon ancien appartement. Mon appartement-hôtel n’est pas très grand, environ 25 mètres carrés, mais il est efficace. Il va falloir que je m’habitue à ce petit espace. Je pense que ce qui va me manquer le plus c’est le bon manger de ma blonde, un dur retour aux repas micro-onde.

Le voyage c’est bien passé mis à part un bébé qui pleure, en plus il n’était vraiment pas beau ce bébé. Cette fois je vais travailler chez le très redouté GEMALTO. Pour ceux qui se posent encore la question, la société GEMALTO fait des cartes à puces. Il est possible qu’à l’arrière de votre carte de crédit ou de votre carte bleu, il soit inscrit GEMALTO. Le but de la mission est de former un collègue sur le développement WindChill. Normalement, la mission se termine le 19 décembre.

Après une petite semaine, tout va bien malgré que je m’ennuie de madame. J’ai pu compter sur deux de mes collègues de Montréal, les Franco-québécois africains, Mamoudou et Fadilou. Nous sommes allés descendre plusieurs bières question de fêter un peu. Je vous laisse sur une bonne blague de corruption Afrique vs Amérique du Nord.

Un type se pointe chez un très riche entrepreneur de la construction de Montréal, un certain Tony. Impressionné par sa somptueuse demeure, il lui demande.
-Dis-moi comment as-tu été capable de te payer une maison pareille?
-Très simple, tu vois l’autoroute par la fenêtre?
-Oui je vois.
-Et bien le gouvernement m’a donné 25 millions, j’ai payé un autre 20 millions pour faire l’autoroute et j’ai gardé le reste. Et voilà !

Le même type se pointe chez un encore plus riche entrepreneur de la construction du Gabon, un certain Bongo. Impressionné par son château, il lui demande.
-Dis-moi comment as-tu été capable de te payer une maison pareille?
-Très simple, tu vois l’autoroute par la fenêtre?
-Mais je ne vois pas autoroute.
-Et voilà .

jeudi 11 décembre 2008

La neige à neigé plus que prévu


Bonjour tout le monde. Ça fait un bon bout de temps que je n’ai pas écris parce que ben ça me tentais pas tellement, un genre de manque de motivation. On n’a eu notre première bordée de neige il y a deux jours, youppi. La météo nous avais prévu un 5 à 10 centimètres suivi d’une journée de 8 degré pour faire fondre le tout, finalement après recomptage il en est tombé 25 centimètres et nous n’avons pas franchit le cap du -3 degré.

Le service de déneigement de Montréal n’était vraiment pas près pour ça. Pourtant 25 cm ce n’est pas tellement exceptionnel. J’ai pu lire plusieurs histoires de gens qui ont pris environ 4 heures pour rejoindre la rive-sud… vive le 450. Je me demande comment ça se fait que dans un coin du monde où on est au courant qu’il neige abondamment chaque hiver depuis les 400 dernières années, nous soyons toujours aussi mauvais à Montréal pour déneiger les rues?

Des idées ?

lundi 19 mai 2008

NexxTech dépassé



Le spécialiste de la lingerie Triumph International a dévoilé mercredi dernier à Tokyo une brassière solaire qui permet de recharger la batterie d'un cellulaire ou d'un iPod.

Il fallait y penser! Est-ce qu'ils vont faire un slip pour homme à énergie solaire. Un genre de speedo qui te permet de recharger ton ipod à la plage. Qu'est-ce qui reste à l'être humain à inventer après ça ????

jeudi 8 mai 2008

Les français et les vacances


Peut-être n’êtes-vous pas au courant chers lecteurs, mais les Français sont les champions toutes catégories des vacances. Nul sur cette planète ne possède plus de jours de vacances que nos cousins français. Je dois vous avouer que je suis jaloux de tout ce temps de congé que je ne peux que rêver. C’est même un peu frustrant de voire ses collègues partir fréquemment en vacances pour une semaine ou deux.

La grosse question que je me pose aujourd’hui en ce jour férié français dont je ne prends pas le temps de me demander en quel honneur c’est : Quand on a 5 semaines de vacances et 3 semaines en RTT, est-ce que l’on doit en être fière ou en avoir honte ? Si Lucien Bouchard se permet de critiquer la société québécoise en la qualifiant de paresseuse… qu’en est-il de la société française.

jeudi 17 avril 2008

Le Beloeilois par delà les Alpes


La semaine dernière ainsi que le week-end dernier j’ai eu la chance de partir en Italie pour effectuer un petit boulot pas trop difficile dans la ville de Savigliano. J’ai donc pris l’avion mardi soir en direction de Turin. Les préparatifs de dernière minute m’ont un peu stressé, mais une fois mal assis dans l’avion tout ce stress est retomber pour faire place à un peu d’excitation. Après quelques destinations plutôt ennuyeuses telles que Valenciennes, Belfort et Reichshoffen, j’avais enfin quelque chose d’un peu spécial, l’Italie. Pour être fin près j’avais investi un gros 6,50 euros dans un dictionnaire français italien dans lequel on retrouve plein de phrases pratique pour les abruties mal pris, dans le cas présent moi.

J’ai commencé mon voyage en taxi. Il semblerait que le permis de conduire québécois n’est pas reconnu en Italie sans un papier d’internationalisations du permis (permis international) qui dans la plus grande logique n’est possible à faire seulement au Québec. N’ayant pas trop eu le temps de passer à Pointe-Claire j’ai du me rabattre sur le taxi. Bref, 130 euros de frais de taxi (aller seulement). En arrivant je me sentais un peu comme Sam dans le seigneur des anneaux quand il réalise qu’il est rendu à l’endroit le plus loin de chez lui qu’il n’est jamais aller.

La chance s’est pointé le bout du nez cette semaine-là, car il est advenu que deux collègues IDCAD fussent sur le site d’Alstom de Savigliano, fraîchement arrivé depuis quelques semaines. Pour répondre à la question : « Alors Savigliano ça farte ? » la réponse est oui. Cette petite ville, très chaleureuse possède le ratio pizzeria/habitant le plus élevée que je n’ai jamais vue. La ville possède deux grandes places entourées de restaurants, commerces et bars qui s’animent le soir venu et les jours de week-end ensoleillé. Chose surprenante on a l’impression de connaître la moitié de la ville en 5 jours.

L’italien est probablement le langage le plus similaire au français, les mots ont les mêmes doubles sens. Par exemple, bordel c’est casino, que l’on parle de l’établissement aux services humains multiple ou que l’on parle plutôt du désordre extrême. C’est aussi pratique de savoir qu’il ne faut pas utiliser le mot casino lorsque l’on recherche un endroit avec des machines à vidéo poker. Le fait que l’on arrive à comprendre certains mots sans connaître l’italien ne permet pas vraiment de parler italien. Quelle victoire lorsque à la suite de la phrase : « posso avere la ritcevuta per favore ? » on vous donne un reçu en se disant, ah ben tabarnak ça marché.

Par contre, Turin est une ville décevante. Malgré que certains vanteront les musées et les cathédrales, la ville manque d’intérêt. La ville est particulièrement industrielle et de mauvais goût. Les bâtiments sont laids, rouillés ou sans intérêt. La balade en voiture dans Turin nous a donné l’impression d’avoir perdu notre temps et de ne pas avoir vu grand-chose.

Petit conseil pour la visite du nord de l’Italie. Ne restez pas dans les grandes villes et prenez le temps d’aller visiter les petits villages. Les gens ne parlent pas anglais, ni français, mais il y a plein de choses à découvrir. Près de Savigliano il faut faire une visite à Cuneo et Saluzzo

Petit boni pour le voyage de retour, le ciel étaient clair et j’ai pu voir les Alpes depuis le hublot de l’avion.